Björn Benneke

Professeur, Université de Montréal

Les 5 prochaines années représentent une opportunité unique dans l’histoire de l’astrophysique planétaire. Pour la première fois, les techniques observationnelles, les modèles théoriques et un nombre suffisant d’exoplanètes sont connues pour caractériser spectroscopiquement une large diversité de planètes: des planètes géantes incroyablement chaudes à des planètes tempérées de la taille de la Terre qui sont dans la zone habitable de leur étoile hôte.

Plusieurs questions demeurent: comment et où se forment les planètes? Quels matériaux les composent? Quels gaz se trouvent dans leur atmosphères? Quel rôle jouent les nuages et la brume? Quelle est la taille maximale d’une planète terrestre? Quelle est la taille minimale d’une planète gazeuse? Et finalement, quelles planètes peuvent abriter la vie?

L’équipe du Professeur Benneke est dans une position exceptionnelle pour répondre à plusieurs des questions énumérées ci-dessus parce qu’elle conduit présentement plusieurs programmes observationnels inédits qui utilisent les télescopes spatiaux Hubble et Spitzer, ainsi les télescopes de 10 mètres du Keck. Professeur Benneke et ses collaborateurs ont développé des outils d’analyse et de modélisation puissants pour interpréter ces ensembles de données uniques. Les questions sur lesquelles le groupe du Professeur Benneke travaille sont :

  • Explorer la diversité des atmosphères planétaires des super Terres et des exo-Neptunes grâce à la technique de spectroscopie de transit avec le télescope spatial Hubble. Professor Benneke est le chercheur principal du plus gros programme de Hubble pour caractériser les petites exoplanètes.
  • Sonder la formation des planètes géantes en utilisant la spectroscopie infrarouge haute résolution sur les télescopes de 10 mètres du Keck
  • Caractérisation de l’atmosphère et cartographie des exoplanètes grâce au futur télescope spatial James Webb (JWST)
  • Comprendre les types de nuages exotiques sur les exoplanètes
  • Découvrir et faire la caractérisation initiale des cibles idéales pour le télescope spatial James Webb en utilisant la missions K2, le télescope spatial TESS et un suivi grâce à des observatoires au sol

M. Benneke était précédemment à Caltech où il a complété un stage postdoctoral de 4 ans sur l’observation et la modélisation des exoplanètes. Il avait auparavant obtenu son doctorat au MIT sous la supervision de Sara Seager.

Étudiants supervisés de cycles supérieurs
  • Caroline Piaulet (PhD)
  • Stefan Pelletier (PhD)
  • Louis-Philippe Coulombe (PhD 2021)
  • Simon Delisle (PhD 2020)
  • Pierre-Alexis Roy (PhD 2020)
Anciens étudiants supervisés
  • Louis-Philippe Coulombe (MSc, 2021)
  • Merrin Peterson (MSc, 2021)
  • Jonathan Chan (MSc, 2020)
  • Prashansa Gupta (MSc, 2019)
  • Ian Wong (PhD, 2018, à Caltech en co-supervision par Heather Knutson)
  • Danielle Piskorz (PhD, 2018, à Caltech en co-supervision avec Geoffrey Blake)
  • Marta Bryan (PhD, 2018, à Caltech en co-supervision avec Heather Knutson)
  • Peter Gao (PhD, 2016, à Caltech)
Björn Benneke
Professeur, Université de Montréal